ALERTE SECHERESSE – Haute-Loire

RESTRICTION DE LA CONSOMMATION DE L’EAU EN HAUTE-LOIRE

INTERDIT :

  • Remplissage des piscines
  • Lavages des véhicules sauf installations professionnelles

INTERDIT DE 8h A 20h :

  • Arrosages des potagers
  • Irrigations prairies, cultures ……

 

http://www.haute-loire.gouv.fr/situation-hydrologique-au-9-septembre-a1700.html

http://www.haute-loire.gouv.fr/IMG/pdf/ARRETE_SECHERESSE_9-9.pdf

 

Étiquettes : , , ,

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [post_type] => post
            [posts_per_page] => 2
            [orderby] => date
            [order] => DESC
            [tax_query] => Array
                (
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => term_id
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 33
                                    [1] => 323
                                )

                            [operator] => IN
                        )

                )

            [post__not_in] => Array
                (
                    [0] => 3883
                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [post_type] => post
            [posts_per_page] => 2
            [orderby] => date
            [order] => DESC
            [tax_query] => Array
                (
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => term_id
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 33
                                    [1] => 323
                                )

                            [operator] => IN
                        )

                )

            [post__not_in] => Array
                (
                    [0] => 3883
                )

            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [static] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => actualites-a-la-une
            [tag] => 
            [cat] => 33
            [tag_id] => 
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 0
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
            [embed] => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [ignore_sticky_posts] => 
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 33
                                    [1] => 323
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wpsmdl43_2_term_relationships
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [category] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 33
                                    [1] => 323
                                )

                            [field] => term_id
                        )

                )

            [primary_table] => wpsmdl43_2_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => 
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wpsmdl43_2_posts.ID FROM wpsmdl43_2_posts  LEFT JOIN wpsmdl43_2_term_relationships ON (wpsmdl43_2_posts.ID = wpsmdl43_2_term_relationships.object_id) WHERE 1=1   AND (  ( wpsmdl43_2_posts.post_type = 'post' AND ( ( 1=1 AND (  ( wpsmdl43_2_posts.post_status IN ('publish') )  ) )  ) )  )  AND wpsmdl43_2_posts.ID NOT IN (3883) AND ( 
  wpsmdl43_2_term_relationships.term_taxonomy_id IN (33,323)
) AND wpsmdl43_2_posts.post_type = 'post' AND (wpsmdl43_2_posts.post_status IN ('publish','private')) GROUP BY wpsmdl43_2_posts.ID ORDER BY wpsmdl43_2_posts.post_date DESC LIMIT 0, 2
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 2631
                    [post_author] => 16
                    [post_date] => 2017-08-22 10:00:44
                    [post_date_gmt] => 2017-08-22 09:00:44
                    [post_content] => L’ambroisie est une plante sauvage provenant d’Amérique du Nord, qui connaît depuis quelques années un développement spectaculaire dans de nombreux départements en France. Cette espèce invasive menace les écosystèmes, et son pollen est responsable d’allergies.

Depuis quelques années, l'ambroisie représente un véritable fléau dans plusieurs régions, notamment en Auvergne

La reconnaître

L’ambroisie se rencontre aussi bien en ville qu’à la campagne, dans les champs et les pâtures, sur les chantiers, les terrains vagues, les friches et les jachères, mais aussi le long des cours d’eau, des chemins, des axes routiers, des voies ferrées, au bord des parcelles cultivées… Elle est facilement reconnaissable à son port buissonnant (elle peut atteindre plus d’un mètre de hauteur), à ses tiges velues, à ses feuilles minces, vert clair, très découpées, et, en période de floraison, à ses épis longs et fins, portants de petites fleurs de couleur jaune-vert. 227_490_ambroisie

Dispersion des graines : l'activité humaine en cause

Ses graines ne sont transportées ni par le vent, ni par les animaux. La plante gagne du terrain grâce à l’eau, qui favorise sa dissémination en entraînant les graines, et surtout grâce à l’homme : les graines se mêlent à la terre, laquelle, en adhérant aux pneus des véhicules (voitures, camions, véhicules de chantier, tracteurs…), favorise leur dispersion. Le transport de terre végétale ou de gravier pour les besoins des chantiers est aussi un vecteur privilégié pour cette plante. Enfin, lorsque des plants d’ambroisie se développent parmi les cultures, les graines peuvent se trouver mêlées aux semences agricoles, notamment celles de tournesol, ou aux fourrages distribués au bétail dans les prés. Quant à la présence d’ambroisie dans les jardins, elle peut s’expliquer par l’utilisation de graines pour oiseaux en hiver, qui renferment généralement du tournesol… et éventuellement, de l’ambroisie.

Août et septembre : la pleine saison pour les allergies au pollen d'ambroisie

La floraison commence vers mi-août, culmine en septembre, et peut se prolonger jusqu’au mois d’octobre. Le pollen de l’ambroisie, disséminé dans l’air à cette période, est très allergisant : on considère qu’en France, 6 à 12% de la population y est allergique. Les symptômes ressemblent à ceux d’un rhume des foins (même cause, mêmes effets) : conjonctivite, sinusite, trachéite (toux sèche), écoulement nasal et éternuement, parfois urticaire et eczéma, et, dans les cas les plus graves, crises d’asthme. Les personnes âgées, les enfants et les asthmatiques sont particulièrement vulnérables face à l’ambroisie. Elle est qualifiée de "polluant biologique" par les médecins, tant ses impacts sur la santé sont importants (un nouveau terme est apparu dans le vocabulaire médical : on parle désormais de pollinose). Outre ce problème de santé publique, qui a un coût pour la collectivité (estimé à 9 millions d'euros par an en Rhône-Alpes : consultations, arrêts maladie…), cette plante s’avère également nuisible pour les agriculteurs, en raison de sa propension à envahir les cultures.

Une plante invasive très résistante

Comme toutes les plantes invasives, l’ambroisie est une menace pour la biodiversité : n’ayant pas de prédateurs ni de parasites dans les nouveaux milieux qu’elle colonise, elle occupe l’espace et nuit au développement des plantes indigènes, perturbant ainsi les écosystèmes. Elle est également très résistante : elle pousse sur des sols nus et pauvres et n'a pas besoin de beaucoup d'eau. L’ambroisie a en outre un fort pouvoir colonisateur, un seul pied pouvant produire jusqu'à 60.000 graines, qui peuvent conserver leur pouvoir de germination pendant près de 40 ans. Se débarrasser de l’ambroisie n’est pas une mince affaire : en plus de la longévité de ses graines, la plante a une fâcheuse tendance à repousser après un fauchage, mais aussi après un désherbage thermique ou chimique. Le moyen le plus efficace est encore, pour le moment, l’arrachage… à la main. Cette opération doit intervenir avant la floraison, de façon à enrayer la dispersion du pollen allergisant et, du même coup, empêcher la plante de donner des graines.

La guerre contre l'ambroisie est déclarée dans plusieurs départements français

La réglementation ne prévoit rien au niveau national, mais les régions, les départements et les communes peuvent décider de mettre en place des mesures de lutte contre l’ambroisie. C’est déjà le cas de certains départements, où des arrêtés préfectoraux rendent purement et simplement obligatoire la destruction de l’ambroisie (comme en haute Loire). Les municipalités, les agriculteurs, mais aussi les particuliers et, d’une manière générale, tous les propriétaires et locataires de terrains, sont tenus d’éliminer les plants d’ambroisie qui viendraient à se développer chez eux. Si vous avez de l’ambroisie dans votre jardin, la mairie de votre commune est même habilitée à procéder à la destruction des plantes et à vous envoyer la facture… La lutte contre l'ambroisie s’amplifie avec la mise en place d’un réseau de référents La mise en place des référents locaux s’inscrit dans le cadre des actions du plan de lutte régional élaboré en 2012. Elle a pour objectif de développer la prise en charge de l’ambroisie au niveau le plus efficace : l’échelon local. Le référent peut être un élu et/ou un agent de la collectivité. Un binôme élu/technicien est encouragé. Il vient en appui du maire pour l’application de l’arrêté préfectoral qui impose la destruction de l’ambroisie. Ses missions sont - d’informer, - de repérer la présence de plants d’ambroisie, - de conseiller sur les techniques de lutte et de suivre l’élimination effective de l’ambroisie par les propriétaires de parcelles infestées. -  Il assure la remontée des informations au Conservatoire botanique national du Massif Central à l’aide d’une fiche d’inventaire. Il sera spécialement formé pour participer à la lutte contre cette plante. L’ARS missionne la FREDON Auvergne pour animer et mettre en œuvre le plan régional de lutte contre l’ambroisie. Pascale Tarrade est la chargée de mission ambroisie à la FREDON Auvergne. Elle a pour missions d’animer et de coordonner les différents acteurs impliqués dans la lutte contre l’ambroisie,  de former les référents et d’animer leur réseau,  et d’accompagner les collectivités, gestionnaires privés… dans la gestion de la présence d’ambroisie sur le terrain (expertise technique, médiation). Vous avez repéré de l’ambroisie en masse : que faire ? Remplissez le formulaire de signalement disponible en téléchargement (bordereau inventaire CBNMC). N’oubliez pas de joindre une photo de votre observation, afin de permettre la validation des données communiquées. Adressez votre signalement :
  • A la mairie où est localisée l’ambroisie par courriel ou par courrier.
  • Et à la chargée de mission ambroisie - FREDON Auvergne par courriel àpascale.tarrade@fredon-auvergne.fr ou par courrier à FREDON AUVERGNE – Ambroisie- 83, av de l’Europe- Site de Marmilhat-63370 LEMPDES
Conseils de gestion   A faire                                                                                                  - Arracher les plants avec des gants quand pas de fleurs, et en cas de floraison utiliser un masque et une combinaison - Faucher, tondre, broyer les foyers étendus - Utiliser textiles, paillis, semis pour ne pas laisser de sol nu - Nettoyer sur place les engins utilisés - Combiner les méthodes - Signaler les foyers d’invasion   A ne pas faire -Composter ou transporter les résidus - Transporter tous matériaux contaminés   En Auvergne, un plan mis en œuvre pour lutter contre l’ambroisie Des actions sont ainsi menées au niveau local :
  • arrêté définissant le cadre réglementaire pour organiser les mesures de lutte,
  • actions de sensibilisation à destination des collectivités, des agriculteurs, des professionnels de santé, et du grand public,
  • à l’initiative de l’Agence régionale de santé un comité technique régional regroupant les services de l’Etat, associations, représentants des usagers du système de santé, représentants des professionnels de santé, gestionnaires de grands linéaires et représentants des collectivités a été créé. Il vise à promouvoir et à coordonner les actions de sensibilisation et de lutte contre l’ambroisie.
ambroisie http://www.ars.auvergne.sante.fr/Lutte-contre-l-ambroisie.140084.0.html   Bordereau_inventaire_Ambroisie_a_feuille_d_armoise__CBNMC_ [post_title] => Lutte contre l'ambroisie [post_excerpt] => L'ambroisie est devenue une proccupation nationelae au vu des dégâts causés sur l'environnement [post_status] => publish [comment_status] => closed [ping_status] => closed [post_password] => [post_name] => lutte-contre-lambroisie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2017-08-22 08:58:39 [post_modified_gmt] => 2017-08-22 07:58:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.stmauricedelignon.fr/?p=2631 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 5040 [post_author] => 8 [post_date] => 2017-08-05 08:42:23 [post_date_gmt] => 2017-08-05 07:42:23 [post_content] => [post_title] => Concours de pétanque [post_excerpt] => Dimanche 13 août, vous ne savez pas quoi faire...................!!! Venez vous divertir à la salle des Fêtes avec un bon concours de pétanque N'hésitez pas c'est pour l'association SINAKEKELE et au profit d'un orphelinat [post_status] => publish [comment_status] => closed [ping_status] => closed [post_password] => [post_name] => concours-de-petanque [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2017-08-05 08:42:23 [post_modified_gmt] => 2017-08-05 07:42:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.stmauricedelignon.fr/?p=5040 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 2 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 2631 [post_author] => 16 [post_date] => 2017-08-22 10:00:44 [post_date_gmt] => 2017-08-22 09:00:44 [post_content] => L’ambroisie est une plante sauvage provenant d’Amérique du Nord, qui connaît depuis quelques années un développement spectaculaire dans de nombreux départements en France. Cette espèce invasive menace les écosystèmes, et son pollen est responsable d’allergies. Depuis quelques années, l'ambroisie représente un véritable fléau dans plusieurs régions, notamment en Auvergne

La reconnaître

L’ambroisie se rencontre aussi bien en ville qu’à la campagne, dans les champs et les pâtures, sur les chantiers, les terrains vagues, les friches et les jachères, mais aussi le long des cours d’eau, des chemins, des axes routiers, des voies ferrées, au bord des parcelles cultivées… Elle est facilement reconnaissable à son port buissonnant (elle peut atteindre plus d’un mètre de hauteur), à ses tiges velues, à ses feuilles minces, vert clair, très découpées, et, en période de floraison, à ses épis longs et fins, portants de petites fleurs de couleur jaune-vert. 227_490_ambroisie

Dispersion des graines : l'activité humaine en cause

Ses graines ne sont transportées ni par le vent, ni par les animaux. La plante gagne du terrain grâce à l’eau, qui favorise sa dissémination en entraînant les graines, et surtout grâce à l’homme : les graines se mêlent à la terre, laquelle, en adhérant aux pneus des véhicules (voitures, camions, véhicules de chantier, tracteurs…), favorise leur dispersion. Le transport de terre végétale ou de gravier pour les besoins des chantiers est aussi un vecteur privilégié pour cette plante. Enfin, lorsque des plants d’ambroisie se développent parmi les cultures, les graines peuvent se trouver mêlées aux semences agricoles, notamment celles de tournesol, ou aux fourrages distribués au bétail dans les prés. Quant à la présence d’ambroisie dans les jardins, elle peut s’expliquer par l’utilisation de graines pour oiseaux en hiver, qui renferment généralement du tournesol… et éventuellement, de l’ambroisie.

Août et septembre : la pleine saison pour les allergies au pollen d'ambroisie

La floraison commence vers mi-août, culmine en septembre, et peut se prolonger jusqu’au mois d’octobre. Le pollen de l’ambroisie, disséminé dans l’air à cette période, est très allergisant : on considère qu’en France, 6 à 12% de la population y est allergique. Les symptômes ressemblent à ceux d’un rhume des foins (même cause, mêmes effets) : conjonctivite, sinusite, trachéite (toux sèche), écoulement nasal et éternuement, parfois urticaire et eczéma, et, dans les cas les plus graves, crises d’asthme. Les personnes âgées, les enfants et les asthmatiques sont particulièrement vulnérables face à l’ambroisie. Elle est qualifiée de "polluant biologique" par les médecins, tant ses impacts sur la santé sont importants (un nouveau terme est apparu dans le vocabulaire médical : on parle désormais de pollinose). Outre ce problème de santé publique, qui a un coût pour la collectivité (estimé à 9 millions d'euros par an en Rhône-Alpes : consultations, arrêts maladie…), cette plante s’avère également nuisible pour les agriculteurs, en raison de sa propension à envahir les cultures.

Une plante invasive très résistante

Comme toutes les plantes invasives, l’ambroisie est une menace pour la biodiversité : n’ayant pas de prédateurs ni de parasites dans les nouveaux milieux qu’elle colonise, elle occupe l’espace et nuit au développement des plantes indigènes, perturbant ainsi les écosystèmes. Elle est également très résistante : elle pousse sur des sols nus et pauvres et n'a pas besoin de beaucoup d'eau. L’ambroisie a en outre un fort pouvoir colonisateur, un seul pied pouvant produire jusqu'à 60.000 graines, qui peuvent conserver leur pouvoir de germination pendant près de 40 ans. Se débarrasser de l’ambroisie n’est pas une mince affaire : en plus de la longévité de ses graines, la plante a une fâcheuse tendance à repousser après un fauchage, mais aussi après un désherbage thermique ou chimique. Le moyen le plus efficace est encore, pour le moment, l’arrachage… à la main. Cette opération doit intervenir avant la floraison, de façon à enrayer la dispersion du pollen allergisant et, du même coup, empêcher la plante de donner des graines.

La guerre contre l'ambroisie est déclarée dans plusieurs départements français

La réglementation ne prévoit rien au niveau national, mais les régions, les départements et les communes peuvent décider de mettre en place des mesures de lutte contre l’ambroisie. C’est déjà le cas de certains départements, où des arrêtés préfectoraux rendent purement et simplement obligatoire la destruction de l’ambroisie (comme en haute Loire). Les municipalités, les agriculteurs, mais aussi les particuliers et, d’une manière générale, tous les propriétaires et locataires de terrains, sont tenus d’éliminer les plants d’ambroisie qui viendraient à se développer chez eux. Si vous avez de l’ambroisie dans votre jardin, la mairie de votre commune est même habilitée à procéder à la destruction des plantes et à vous envoyer la facture… La lutte contre l'ambroisie s’amplifie avec la mise en place d’un réseau de référents La mise en place des référents locaux s’inscrit dans le cadre des actions du plan de lutte régional élaboré en 2012. Elle a pour objectif de développer la prise en charge de l’ambroisie au niveau le plus efficace : l’échelon local. Le référent peut être un élu et/ou un agent de la collectivité. Un binôme élu/technicien est encouragé. Il vient en appui du maire pour l’application de l’arrêté préfectoral qui impose la destruction de l’ambroisie. Ses missions sont - d’informer, - de repérer la présence de plants d’ambroisie, - de conseiller sur les techniques de lutte et de suivre l’élimination effective de l’ambroisie par les propriétaires de parcelles infestées. -  Il assure la remontée des informations au Conservatoire botanique national du Massif Central à l’aide d’une fiche d’inventaire. Il sera spécialement formé pour participer à la lutte contre cette plante. L’ARS missionne la FREDON Auvergne pour animer et mettre en œuvre le plan régional de lutte contre l’ambroisie. Pascale Tarrade est la chargée de mission ambroisie à la FREDON Auvergne. Elle a pour missions d’animer et de coordonner les différents acteurs impliqués dans la lutte contre l’ambroisie,  de former les référents et d’animer leur réseau,  et d’accompagner les collectivités, gestionnaires privés… dans la gestion de la présence d’ambroisie sur le terrain (expertise technique, médiation). Vous avez repéré de l’ambroisie en masse : que faire ? Remplissez le formulaire de signalement disponible en téléchargement (bordereau inventaire CBNMC). N’oubliez pas de joindre une photo de votre observation, afin de permettre la validation des données communiquées. Adressez votre signalement :
  • A la mairie où est localisée l’ambroisie par courriel ou par courrier.
  • Et à la chargée de mission ambroisie - FREDON Auvergne par courriel àpascale.tarrade@fredon-auvergne.fr ou par courrier à FREDON AUVERGNE – Ambroisie- 83, av de l’Europe- Site de Marmilhat-63370 LEMPDES
Conseils de gestion   A faire                                                                                                  - Arracher les plants avec des gants quand pas de fleurs, et en cas de floraison utiliser un masque et une combinaison - Faucher, tondre, broyer les foyers étendus - Utiliser textiles, paillis, semis pour ne pas laisser de sol nu - Nettoyer sur place les engins utilisés - Combiner les méthodes - Signaler les foyers d’invasion   A ne pas faire -Composter ou transporter les résidus - Transporter tous matériaux contaminés   En Auvergne, un plan mis en œuvre pour lutter contre l’ambroisie Des actions sont ainsi menées au niveau local :
  • arrêté définissant le cadre réglementaire pour organiser les mesures de lutte,
  • actions de sensibilisation à destination des collectivités, des agriculteurs, des professionnels de santé, et du grand public,
  • à l’initiative de l’Agence régionale de santé un comité technique régional regroupant les services de l’Etat, associations, représentants des usagers du système de santé, représentants des professionnels de santé, gestionnaires de grands linéaires et représentants des collectivités a été créé. Il vise à promouvoir et à coordonner les actions de sensibilisation et de lutte contre l’ambroisie.
ambroisie http://www.ars.auvergne.sante.fr/Lutte-contre-l-ambroisie.140084.0.html   Bordereau_inventaire_Ambroisie_a_feuille_d_armoise__CBNMC_ [post_title] => Lutte contre l'ambroisie [post_excerpt] => L'ambroisie est devenue une proccupation nationelae au vu des dégâts causés sur l'environnement [post_status] => publish [comment_status] => closed [ping_status] => closed [post_password] => [post_name] => lutte-contre-lambroisie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2017-08-22 08:58:39 [post_modified_gmt] => 2017-08-22 07:58:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.stmauricedelignon.fr/?p=2631 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 121 [max_num_pages] => 61 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => 1 [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => deb1be53b302a60b5f58d970d2ae927b [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Articles associés

Créez votre compte !

Profitez de tous les eServices en créant votre compte citoyen sur le site de Saint-Maurice de Lignon.

Bulletin municipal January 2017